Parcoursup & expatriation – Enquête

Parcoursup, la nouvelle plateforme permettant aux bacheliers français de s’inscrire dans des établissements d’études supérieures a fait couler beaucoup d’encre durant l’été. Beaucoup ont reproché la lenteur du système, la sélection implicite des étudiants, l’opacité des algorithmes utilisés pour sélectionner les candidatures…. Plusieurs articles sont parus à ce sujet et un bilan a été fait au niveau national. A travers un questionnaire diffusé en ligne au sein de plusieurs groupes Facebook d’expatriés, j’ai récolté le point de vue de cette communauté. L’éloignement géographique a-t-il été un problème ? La non linéarité des parcours entre plusieurs systèmes scolaires a-t-elle été un frein ?

Le questionnaire fût diffusé durant près d’un mois et récolta 14 réponses de la part des parents expatriés dont les enfants ont passé leur bac ou équivalent en juin 2018. Si le nombre de réponses ne permet en aucun cas une généralisation à toute la communauté expatriée française, il donne toutefois une tendance sur certains aspects de ce nouveau système d’inscription en études supérieures.

Les répondants

Cette enquête s’adressait exclusivement aux jeunes expatriés ayant passé un bac ou équivalent en juin 2018, leurs parents pouvaient également répondre. Pour récolter le maximum de réponses, j’ai diffusé cette enquête via des réseaux sociaux spécialisés sur la thématique de l’expatriation en famille : « expats parent », « projets de femmes expatriées », « orientexpat », « troisième culture », « expatbyyou » et « expats : de retour à Nantes ».

J’ai obtenu 14 réponses de parents concernés par la procédure Parcoursup. Aucun jeune expatrié n’a répondu directement à l’enquête. Une des réponses n’est pas exploitable puisque le jeune concerné a passé son bac en France, ses parents ne partant en expatriation que l’été suivant.

Les 13 répondants sont donc des parents de jeunes ayant passé leur baccalauréat à l’étranger en juin 2018. 12 d’entre eux avaient scolarisé leurs enfants dans un lycée français. 1 répondant est parent d’un jeune qui n’était pas scolarisé dans un lycée français mais qui a passé un diplôme équivalent au bac français.

La globalité des résultats est présentée et analysée dans un article
publié en exclusivité sur le site Expats Parents.